Maurice Zytnicki

Publié le par tps

 

Maurice ZytnickiMaurice Zytnicki est l’un des auteurs régionaux invités au Salon Toulouse Polars du Sud (du 8 au 10 octobre 2010).

 

Né à Paris en 1952 (dans un Belleville industrieux aujourd’hui disparu), Maurice vit en effet à Toulouse depuis 20 ans après avoir étudié puis enseigné au Havre les mathématiques qu’il croise avec la poésie (revue Conséquences,  Douze propositions  accablantes, L’épreuve du contraire).

Après sept ans de professorat en zone d’éducation prioritaire, il entreprend des études d’ingénieur, et commence sa nouvelle carrière en détripaillant des distributeurs de billets. Puis il cède à l’appel des grands larges télécoms et aux sirènes de la prétendue disparition des distances…

Aujourd’hui il conjugue le métier d’ingénieur avec un goût pour la peinture qui s’exprime par la publication d’articles dans des revues d’art. De son intense pratique du port (Le Havre), puis des aéroports (Blagnac, CDG) et des correspondances vers Copenhague, Francfort, Prague, Milan il a gardé la fascination pour les salles d’embarquement, où fut conçu son premier roman, Le piège du Sang-de-Serp  publié chez Loubatières en septembre 2008.

Un second polar, Letal rock est paru chez le même éditeur en juin 2010. Cette fois-ci, c’est Leila Halimi, capitaine au commissariat central de Toulouse qui mène l’enquête, dans le milieu des groupes rock de la ville rose.

 

Maurice a bien voulu répondre à notre questionnaire.

 

  • Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?
    Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, de Thierry Jonquet.

  • Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marqué ?
    Depuis l'été dernier, les marques profondes n'ont pas changé. Un léger mouvement : Hercule Poirot est sorti de la liste des horribles pour entrer dans celle des monstres asexués et bien trop pénétrés de raisonnements interminables.
    Les horribles : Popeye (Sanctuaire)
    Les redresseurs de torts : Edmond Dantès
    Les quidams pris dans la tourmente : Adam Cassidy dans Paranoïa de Finder,  Henry Pierce dans  Chasing the dime de Connelly
     
  •  Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?
    Un pavillon de banlieue tout à fait banal, une réplique de chez Tomate, un tripot clandestin dont Fernand Naudin dit : "Mais c'est un clapier!". A quoi Pascal, son garde du corps, répond :"ce qui passionne le joueur, c'est le tapis vert, ce qu'il y a autour, il s'en fout".
    Faut-il dire que le dialogue vient des "Tontons flingueurs"?
  •  Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)
    Je suivrais volontiers le chemin indiqué par Sherlock Holmes dans "L'escarboucle bleue" quand il prie Watson de considérer un chapeau melon, non pas comme un galure quelconque, mais comme un problème intellectuel.

 

 

Bibliographie :

 

« Le piège du Sang-de-Serp », Ed. Loubatières - Septembre 2008

« Létal rock », Ed. Loubatières - Juin 2010

Gil Caulet, le bassiste du groupe à succès Track Sys, est retrouvé mort dans son appartement. Puis c'est le tour de Romain, guitariste et parolier, sauvagement assassiné dans le service de psychiatrie où il avait trouvé refuge. La chanteuse, Lorraine Erkner, aussi fragile que déterminée, a un comportement suspect. Leïla Hilmi, capitaine du commissariat central de Toulouse, mène l'enquête.

 

Liens :

Le piège du Sang-de-Serp

Claude Le Nocher

http://www.rayonpolar.com/Polars/Polars_texte.php?table=z&nom=ZYTNICKI&prenom=Maurice&titre=Le+pi%E8ge+du+sang-de-serp

"L’auteur parait parfaitement connaître les systèmes informatiques, et les arnaques d’ampleur dont ils peuvent faire l’objet. De même, il est clair que Toulouse n’a pas de secret pour lui. Sans doute est-il un lecteur éclairé de polars, mais tout ça ne suffirait pas pour convaincre. C’est la solidité de son intrigue qui rend captivant ce noir suspense. Le scénario est fertile en rebondissements, sur un tempo juste. La subtile alliance d’escroqueries high-tech, de vieilles méthodes du banditisme, de personnages et de situations très crédibles, apporte une force certaine à un récit d’une belle densité. On porte ici un regard sans apitoiement sur la vie actuelle. Soulignons que le caractère de chaque protagoniste est finement présenté. Très réussi !"

 

Voir aussi, La Dépêche :

http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/17/493595-Ramonville-Saint-Agne-Un-polar-noir-dans-la-Ville-rose-presente-a-la-mediatheque.html

 

 

Publié dans Archives Salon 2010

Commenter cet article