Hervé Le Corre

Publié le par tps

Lecorre Hervé - petiteHervé Le Corre est l’un des invités du Salon des littératures noires et policières de Toulouse Polars du Sud (8, 9, 10 octobre 2010).

Né en 1955 à Bordeaux. Études de lettres. Enseigne actuellement le français dans un collège de la banlieue bordelaise. Le reste n’est que littérature …

Auteur de sept romans il s’est vu décerner de nombreux prix :

L’homme aux lèvres de saphir, Grand prix du roman noir français au Festival de Cognac 2005, Prix Mystère de la critique 2005, Trophée 813 du meilleur roman francophone 2005 ;

Les cœurs déchiquetés, Grand prix de littérature policière 2009, Prix du roman noir du festival de Beaune 2010, Prix Bibliobs/Nouvel Obs du roman noir 2010.

L’homme aux lèvres de saphir est l’un des cent polars recommandés par les membres de l’association 813.

 

Hervé Le Corre a répondu à notre questionnaire :

·    Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?

Seul le silence (RJ Ellory). On a bien dit adoré ? Alors voilà.

·    Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marquée ?

Le héros de Moisson Rouge de Hammett, Martin Terrier dans La Position du tireur couché de Manchette, le type qu’on retrouve un fémur humain à la main en plein New York au début de Bone, de G. Chesbro, l’ensemble des personnages du Dahlia noir d’Ellroy, les flics poissards et poisseux d’Hugues Pagan, Dave Robicheaux et Clete Purcell dans les romans de James Lee Burke, Fay, la superbe femme fatale inventée par Larry Brown, le père qui tâche de sauver la mise à son fils dans Carmen (Nevada) d’Allan Watt, les enfants perdus de Simona Vinci dans Où sont les enfants ? , etc., etc.

·    Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

Il y a des lieux mythiques que le polar n’a pas explorés ? N’importe quel lieu peut devenir mythique dès lors qu’un roman puissant, polar ou pas, s’en empare. On a tous nos villes, nos recoins de cambrousse associés à la lecture d’un polar (puisqu’on parle polar) : la Barcelone de Mendoza et de Ledesma, les réserves navajos d’Arizona de Hillerman, le New York de Lieberman et Caleb Carr (dans l’Aliéniste), Los Angeles à cause de la nuit et de James Ellroy, Marseille grâce à Izzo, Paris parcouru par Jean-François Vilar, Fatchakulla et ses chats géants, La paroisse d’Iberia où Robicheaux ne trouve pas toujours Dieu, Biloxi, où vient se perdre Fay, toujours elle, Boston grâce à Dennis Lehane,  et j’en passe parce que j’en oublie…

·    Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…) :

L’amour, la mort, le sexe, l’argent, la cupidité, la violence, la barbarie, l’espoir, le désespoir, la nuit, l’ennui, l’aube, la mémoire, le crépuscule sur un boulevard désert, la pluie qui tombe et les bruits que ça fait, le téléphone qui ne sonne plus, une équipe de bras cassés à l’assaut du ciel, bref, tout ce qui fait la littérature romanesque.

Revue de presse :

« Tout le roman est une complainte sourde et lancinante, lancinante comme la douleur de la perte. Les phrases s'étirent, mélodiques, mélancoliques, le tempo se fait plus lent et accélère soudainement au gré des rebondissements, les descriptions minutieuses des lieux sont d'un lyrisme sombre - le Médoc et l'estuaire de la Gironde, majestueux, immenses, tranchent avec le sentiment d'enfermement des personnages, accablés encore par la chaleur caniculaire, oppressante, étouffante.

Surtout connu pour le superbe L'homme aux lèvres de saphir, Hervé Le Corre signe ici un roman puissant, poignant, sur le deuil, la reconstruction, l'espoir, la violence révoltante et cruelle infligée aux plus faibles.

Porté par une écriture tout simplement éblouissante - un faisceau de lumière noire, Les coeurs déchiquetés est un grand roman, remarquable de maîtrise, de densité, de profondeur. »

Yan Le Tumelin sur http://moisson-noire.over-blog.com/

Bibliographie :

Romans :

1990 : La douleur des morts (Série noire/Gallimard)

1993 : Du sable dans la bouche (Série noire/Gallimard)

1996 : Les effarés (Série noire/Gallimard)

2001 : Copyright (Série noire/Gallimard)

2004 : L’homme aux lèvres de saphir (Rivages/noir)

2005 : Tango parano (In 8/ Noires de Pau)

2007 : Trois de chutes (éditions Pleine Page), réédition en « omnibus » de : La douleur des morts, Du sable dans la bouche, Les effarés.

2009 : Les cœurs déchiquetés (Rivages/Thriller).

 

Nouvelles (recueils collectifs) :

1997 : La nuit porte conseil (Neuf morts et demi, Zulma)

1997 : De l’autre côté du trottoir (Les Temps Modernes n° 595, spécial roman noir)

2000 : Le premier pas qui coûte (Les 7 familles du polar, éditions Baleine)

2003 : Ad patrem (Bordeaux, le tanin noir, Autrement)

2004 : Tenir (36 nouvelles noires pour l’Humanité, Hors-Commerce)

2005 : Partir (Noirs quartiers, Ours polar éditions)

 

 

Publié dans Archives Salon 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard 28/05/2010 21:52


Une entrevue fort intéressante. "Les coeurs déchiquetés" fait partie de mes futures lectures de vacances.
Bonne journée!