Hélène Duffau

Publié le par tps

Duffau HélèneHélène Duffau est l’une des invitées du salon des littératures noires et policières de Toulouse Polars du Sud (8, 9, 10 octobre 2010).  

Née à Mont-de-Marsan, dans les Landes, un pays ouvragé de main d’homme elle y a vécu dix-sept ans avant de partir vers d’autres horizons.

Auteure de fiction depuis 2000, c’est par l’écriture de chansons qu’elle a mis en place une écriture dépouillée, rythmique, proche de la scansion. Son premier roman, Trauma — qui est véritablement le quatrième — est édité par Philippe Sollers, chez Gallimard, en 2003. Cette « histoire d'un choc » raconte « l'organisation d'une vie pour la survie,[…]la douleur passée et présente, sorte de mal nécessaire et incontournable, […] le besoin de l'autre et le tourment qu'il procure ».

Il sera suivi de Combat (éd. Gallimard, 2004), dans la même veine, toujours dans la collection « L’Infini ».

Elle a récemment achevé deux ouvrages à connotation historique par lesquels elle a découvert une autre façon d’aborder le récit et le roman.

LU, la Madeleine de Nantes rend hommage à la ville de Nantes à travers l'épopée de la fabrique de biscuits LU, l'histoire du Petit-Beurre et celle de ses ouvrières ( éd. La Louve, 2009).

 A Marana, paru dans la Collection « Noire d’histoire des éditions TME (2009) se déroule à la fin du XIXe siècle, au moment où les marais des Landes sont asséchés pour faire place à d’immenses forêts de pins, les paysages bouleversés, les bergers menacés… Dans cette étrange période des années 1860, des jeunes filles sont enlevées sans que les autorités ne s’en préoccupent. Tout à la fois reconstitution d’une époque, roman noir, histoire de brigands et conte initiatique à la Diderot, A Marana brosse une fresque étonnante où terre et hommes doivent trouver un nouvel équilibre.

  

Hélène a répondu à notre questionnaire :

  

  • Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?
    Dirty Week-End, Helen Zahavi, militant, politiquement incorrect, féministe et très énervé !
  • Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marquée
    Hercule Poirot ; Joseph K (Le Procès, Kafka) ; Paris Trout (Cotton Point, Pete Dexter) ; Bella (Dirty Week-End, Helen Zahavi.
  • Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?
    Une idée pour un prochain roman, (mais il paraît que ça ne se dit pas), alors quelques indices : une région austère française au pied des montagnes, l'horizon est réduit, il y fait très froid en hiver, très chaud en été, les orages sont spectaculaires ; des travaux physiques rudes et ingrats se déroulent près d'une rivière (l'eau  est indispensable à leur réalisation) ; situé au 17e ou 18e siècle, je ne sais pas encore, l'enquête préalable le précisera.
  •   Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)
    Une enquête sociale contemporaine qui révèle la collusion entre industrie et pouvoir politique, le cynisme et la barbarie guerrière de ces modes opératoires-là, tandis que des groupes actifs apportent des solutions tout à fait inédites et non violentes...

Revue de presse :

 

A Marana :

« Cette écriture passe par-dessus toutes concessions au goût, bon ou mauvais de notre temps, pour développer un phrasé personnel exigeant où la froideur du classicisme finit par s'enflammer dans une musique obsessionnelle. Ceci sans oublier le thème et toute l'information qui accompagne son récit : le développement de la forêt landaise sous l'empire du capitalisme (du Second Empire), avec des "faits divers" du temps et du lieu, tous traités avec sérieux et opportunément, et non pas comme lorsque des cadavres sont pris comme exquis et que des rêves troubles font plutôt florès pour divertir au lieu de réfléchir.
Il n'y a pas d'énigme à proprement parler, l'affaire étant subodorée dès le début. Encore moins de spiritisme ou d'irrationalisme ou même de je ne sais quel machiavélisme international... Mais quelle authenticité, à côté d'une littérature populaire formatée ! Et si, en notre temps de dictature de genre ou de chiffre de vente, l'originalité était aussi une valeur ? » Francis Pornon

 

Bibliographie :

Romans, récits

LU, la Madeleine de Nantes, éd. La Louve, 2009.

A Marana, éd. TME, 2009.

Récréation, www.diogene.ch, 2005.

Combat, éd. Gallimard, 2004.

Trauma, éd. Gallimard, 2003.

 

Nouvelles

Je vous pardonne, revue Cahiers d’Adèle N° 6, 2010.

Dix-neuf minutes officielles, revue Cahiers d’Adèle N° 5, 2010.

Aigues-Mortes, ma légende, in 100 monuments, 100 écrivains, histoires de France, éd. du Patrimoine, 2009.

Une belle table pour dîner, revue Brèves N° 81, 2008.

Parfums d’été, in Toulouse, patrimoine et art de vivre, éd. Loubatières, 2007.

Zarza, in bilingue franco-espagnol, Huesca-Tournefeuille, 2007.

Pour votre sécurité, revue Écritures N° 15, 2007.

Jeffrey P., www.diogene.ch, 2006.

Marchandise, revue Brèves N° 77, 2006.

 

Voir le blog d'Hélène Duffau (http://heleneduffau.unblog.net/)

 

Publié dans Archives Salon 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article