Claude Mesplède

Publié le par tps

 

Il est le Président, le Guide suprême, l'Archiviste du polar, la Caution Morale de Toulouse Polars du Sud, le Carnet d'adresse du polar international.
Son dictionnaire est notre Sainte Bible.
Il a passé des vacances avec James Ellroy, chanté des rancheras avec Paco Ignacio Taibo II, mangé avec Manuel Vazquez Montalban.
Il a interviewé Donald Westlake, Elmore Leonard, Howard Fast et James Crumley.
Il a formé des générations de lecteurs, de libraires, de bibliothécaires ...


C'est Claude Mesplède ...

http://claudemesplede.com/

Mesplède Claude (c) Les Pictographistes petite

Publié dans Archives Salon 2010

Commenter cet article

bruno 15/10/2010 17:05


Salon 2010 : foire commerciale ?

Bonjour,

pour cette édition 2010, quel dommage que l'ambiance est viré à l'opération commerciale et que parmi les personnes chargées de l'accueil figurent quelques gorgones.

En effet, quand on déja l'intégrale des oeuvres de Jean Vautrin ou Jacques Tardi, est-normal d'imposer un achat pour obtenir une dédicace.

Pour ma part, j'étais venu avec simplement deux ouvrages pour lesquels j'avais quelques raisons un peu sentimentales de les faire dédicacer :
- une BD de Tardi 120, rue de la Gare que m'avais dédicacé Léo Malet il y a prés de 30 ans lors d'un des premiers salons du polar de Reims (en 82) et que je révais de me
faire dédicacer.
- un Adèle Blanc-Sec car ma fille, qui va bientôt avoir 6 ans, s'appelle Adèle et le choix de ce prénom n'est pas du au hasard.


A titre d'exemple en 2008, quand l'édition s'était tenu dans la librairie même, Mr Mesplèdes m'avait dédidacé sans problème la 1ère édition de son Dictionnaire dont j'avais dut être un des premiers
acquèreurs et qui avait été rapidement épuisé. On n'avait pas encore droit à la fouille au corps avant d'entrer.
Rejeté (avec ma fille !), sans autres formes de procés, du Salon, je ne suis pas prêt de remettre les pieds à la Renaissance ni aux futurs salons.
Quand on se félicite de 4 000 visiteurs et 3 000 ouvrages écoulés pendant le salon, soit moins d'un ouvrage par personne, c'est dommage de se priver de personnes qui repartent en général avec
plusieurs livres. Car même si je viens avec quelques ouvrages de ma bibilothèque, ce n'est pas ce qui m'empêche d'acheter en plus des ouvrages lors du Salon.

Dommage, l'affiche était belle, peut-être trop belle.

Je privilégierai les salons qui se tiennent en périphérie (type Balma ou d'autres communes proches) où le mercantilisme n'a pas encore pris le pas sur le plaisir de pouvoir échanger avec les
auteurs. Sinon ON Y VA TOUT DROIT...

Amicalement, malgré tout, aux organisateurs qui devront veiller à préserver, à retrouver, une ambiance chaleureuse à ce salon.


Un clin d'oeil à Pascal Dessaint que j'ai rencontré à de multiples occasions et dont je suis un lecteur passionné.


tps 19/10/2010 16:51



La question des dédicaces sera réexaminée. Merci de l'avoir soulevée, il y a en effet des compromis raisonnables à envisager et tout excès est condamnable.