Auteur invité TPS 2011 : Sébastien Rutés [24/53]

Publié le par tps

Déjà présent lors du premier salon de 2009, Sébastien Rutés revient en 2011.Sebastien-Rutes

Maître de conférence en littérature latino-américaine, il a publié des nombreuses études sur le roman policier latino-américain. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’œuvre du romancier mexicain Paco Ignacio Taibo II (un des invités d’honneur du salon) publiée en 2010 : : Lénine à Disneyland, une étude de l’œuvre de Paco Ignacio Taibo II (L’Atinoir).

De 2004 à 2008 il a dirigé la revue espagnole Gangsterera, consacrée au genre policier. Egalement auteur de fiction, il a publié plusieurs nouvelles et deux romans, aux éditions L’Atinoir : Le linceul du vieux monde (2008) et La loi de l’Ouest (2009). Actuellement, il coordonne le site Diez negritos, blog collectif de dix auteurs de romans noirs latino-américains et européens.

Son prochain roman paraîtra aux éditions Actes Sud à l’occasion du salon Toulouse Polar du Sud.

Les romans de cet amateur de westerns, allient rigueur universitaire, panache des pistoleros mythiques et imaginaire débridé des auteurs latinos-américains.

Bibliographie :

- Le linceul du vieux monde (roman), L’Atinoir (2008).

- La loi de l’Ouest (roman), L’Atinoir (2009).

- Lénine à Disneyland, une étude littéraire sur l'œuvre de Paco Ignacio Taibo II, L’Atinoir (2010).

 - Mélancolie des corbeaux (roman), Actes noirs (5 octobre 2011).

Revue de presse

Le linceul du vieux monde :

« Une lecture tout à fait adaptée à nos temps difficiles dans un début de siècle où, comme dans la fin d’un autre évoqué par l’auteur, la qualité la plus précieuse est sans doute de conserver, malgré tout, sa fidélité à des idéaux unanimement jugés comme dépassés. »

Dans Gavroche info.

La loi de l’ouest :

 « Si vous êtes fana de westerns[…] précipitez vous. Parce que c’est une belle parabole qui montre, fort intelligemment, où sont nos territoires hostiles, et qui, aujourd’hui, se trouve dans la peau, des indiens massacrés, des texans résistants d’Alamo, ou des justiciers combattant les puissants. […]. Parce que vous allez dévorer le roman sourire aux lèvres en vous remémorant tel ou tel moment d’anthologie de vos films préférés. Parce qu’une fois le roman refermé, vous allez vous précipiter sur vos DVD … »

Jean-Marc Laherrère (sur actu du noir)

Site

Diez negritos 

 

 

 

 

 

Publié dans Salon 2011

Commenter cet article