Auteur invité TPS 2011 : Hugo Buan [41/53]

Publié le par tps

Buan-Hugo.JPGNé à Saint-Malo Hugo Buan a grandi, travaillé et a vécu à l'intérieur des remparts de la cité corsaire ou… en face de la baie à Dinard. Après avoir été dessinateur en génie civil spécialisé dans le béton armé (ponts, tunnels, métro, parking souterrain...), il s’est mis sur le tard à l’écriture. Ses goûts littéraires peuvent s'écarter du monde du polar mais son maître absolu reste Donald E. Westlake dont il « savoure même les entrelignes, ce qu'il n'écrit pas ». Mais qu’Hugo Buan est bien capable de deviner…

Car l’élève n’est pas indigne du maître. Il en a l’imagination délirante, le génie des comparses improbables, des situations baroques, la verve et la force comique du récit. En témoigne son personnage récurrent d’enquêteur, le commissaire Lucien Workan, un déjanté de première, acariâtre, vindicatif, passionné des œuvres de Francis Bacon, entouré d’une équipe, tout aussi haute en couleur…Dans ses enquêtes, on retrouve des hortensias piqués sur les cadavres dans de bien curieux endroits ( Hortensias Blues, Pascal Galodé 2008) ou des îles en principe interdites de la côte bretonne qui regorgent d’agents de la Cia (Cézembre noire , Pascal Galodé 2009). A peine Workan a-t-il débrouillé une histoire de faussaires et de vol de tableaux (La nuit du tricheur, Pascal Galodé 2010) qu’il doit s’affronter à un bien curieux paléontologue et à un compte de cadavres, en moins ou en trop, qui ne tombe pas juste.

Revue de presse :

« ll y a des romans qu’il convient d’ouvrir avec précaution. Non que les mots vous tombent des pages comme une pluie fine sur vos pompes toutes neuves, mais parce que vous n’êtes pas à l’abri au détour d’une page, de prendre en pleine poire un fémur de mammouth qui a eu la patience de vous attendre plusieurs milliers d’années ,avant de venir s’écraser sur votre face délicate et parfumée d’homme moderne. »

Passion polar

« Outre l’humour qui réside dans les descriptions de situations et de personnages, c’est celui des dialogues qui entraine le lecteur, un peu à la façon des répliques de Michel Audiard : « De quoi est-il mort, crise cardiaque ? Non ! Courant d’air dans le cerveau, provoqué par une arme à feu ». Le personnage de Workan vaut à lui seul le déplacement. Il possède ses tics, ses manies qui vont parfois à l’encontre de la déontologie de la profession, il est insolent, se conduisant presqu’en marginal. Pourtant il est éminemment sympathique, peut-être justement à cause de ses défauts. De toute façon il est lucide, se rendant compte qu’à certains moments il dérape. « Etait-ce un elfe ou, plus sûrement en Bretagne : un korrigan, qui jouait dans les méandres de son cerveau et lui soufflait les phrases les plus incongrues aux moments les plus inopportuns ? ». Hugo Buan et son commissaire Workan commencent à s’imposer dans le polar français et j’attends avec impatience les nouvelles aventures (ou mésaventures) de ce duo auteur/personnage. »

Mystère jazz

Voir la vidéo de présentation de l’œil du singe sur le blog de Jeanne Désaubry.

Voir le site d’Hugo Buan

Bibliographie :  

Hortensias Blues, Pascal Galodé 2008 (Prix des lycéens 2010 de La Ferté sous Jouarre)

Cézembre noire, Pascal Galodé 2009 (Prix polar Michel Lebrun des Lycéens 2010)

La nuit du tricheur, Pascal Galodé 2010 (Prix du Zinc de Montmorillon 2010)

L’œil du singe, Pascal Galodé 2011

Publié dans Salon 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article