Auteur invité TPS 2011 : Guillermo Orsi [33/53]

Publié le par tps

Orsi BlogGuillermo Orsi est né à Buenos Aires (Argentine) où il a vécu longtemps avant de s’installer dans la province de Córdoba. Il a toujours écrit et a exercé de nombreux métiers, dont ceux de rédacteur publiciatire et de journaliste.

Son premier livre publié, un recueil de nouvelle (El vagón de los locos, 1977) a obtenu le prix Emecé en Argentine.

Il publie son premier roman (non traduit en France), Cuerpo de mujer en 1984.

En 2004 il gagne le prix de la Semana Negra pour son roman Sueños de perro (non traduit en France).

En 2007 il publie Nadia ama a un policía qui est traduit en allemand, anglais et français (Personne n’aime les flics).

En 2009 il gagne le prix Hammet de la Semana Negra avec Ciudad santa (non traduit en France).

Personne n’aime les flics, vision corrosive de la société argentine, est l’un des finalistes du prix Violeta Negra qui sera remis pendant le salon.

Bibliographie :

Personne n’aime les flics (Nadia ama a un policía, 2007) Denoël (2010)

Revue de presse :

« … ces multiples personnages composent une fresque imagée de la société argentine contemporaine. Tableau d’un pays, miné par la corruption, qui a perdu ses valeurs et se désagrège. Car c’est bien de l’état de la société de son pays en 2001 dont nous entretient Guillermo Orsi. Sans grandes tirades ni démonstrations didactiques mais avec des mots simples et des personnages hauts en couleur »

Claude Mesplède (Calibre 47)

« Dès les premières phrases, l’auteur vous happe et vous plonge dans la crise économique de l’Argentine en 2001. Il y situe son intrigue, remontant l’Histoire du pays, sa corruption “En Argentine, la logistique de la fraude a atteint un tel degré de perfection que, si nous étions sous un régime dictatorial, balancer des prisonniers dans la mer serait considéré comme une bricole“, sa violence et ses différents gouvernements, le tout sur un ton particulier et désenchanté. Le livre, construit “comme une partie d’échecs sanglante qui ne manque pas de sophistication“, fait partie de ceux auquel vous pensez après l’avoir fermé, c’est vraiment du grand art, un des meilleurs titres de 2010. »

Christophe Dupuis (entre deux noirs)

Site :

Le blog de l’auteur.

Publié dans Salon 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article