André Fortin

Publié le par tps

fortin.jpgAndré Fortin est l’un des invités du salon des littératures noires et policières de Toulouse Polars du Sud (8-10 octobre 2010).

 

 Il est né le 12 septembre 1946 en Algérie alors que son père, "honorable correspondant" des services spéciaux (la « piscine ») y était en poste pour quelques mois. Il a vécu ensuite à Chartres et dans la région parisienne puis en Provence et à Marseille. Dans ce sud méditerranéen où il habite depuis plus de quarante ans, il a exercé divers boulots, a fait ses études universitaires tout en travaillant avant de réussir le concours de l'école nationale de la magistrature et de devenir juge d'instruction à Toulon. Il a ensuite été juge des enfants, président de correctionnelle, premier vice président du Tribunal de Marseille et est maintenant conseiller à la Cour d'appel d'Aix en Provence. Il a toujours milité pour une justice indépendante, ouverte et humaine au syndicat de la magistrature dont les membres sont généralement qualifiés de juges rouges. Il est marié et père de quatre garçons.

 

André Fortin a répondu à notre questionnaire :


  • Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?

Le Mystère de la crypte ensorcelée de Eduardo Mendoza.

 

  • Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont) le plus marqué ?

Dortmunder, de Donald Westlake.

 

  • Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

Barcelone.

 

  • Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…) :

L'histoire de l'assassinat politique d'un grand spéculateur international.

 

Revue de presse :

 

Deus ex Massilia

« J’ai aimé  cette immersion dans le tourbillon du milieu marseillais, la corruption des puissants, les luttes d’influence et la recherche d’appuis pour assouvir les ambitions des uns et des autres. C’est avec une précision d’horloger que sont relatés les faits, que sont mis en lumière les tenants et les aboutissants, que sont montés et démontés les mécanismes, le tout avec un réalisme qui souvent donne froid dans le dos.

Heureusement, André Fortin, raconte tout cela avec un humour ciselé qui fait qu’on est à Marseille, car ces histoires ne pourraient pas se passer ailleurs, loin de ce fantastique lieu de rencontre de la Méditerranée.

Tout semble vrai, mais nous, bien sûr on ne peut pas savoir et il est très agréable que, pour une fois, on ait accès à l’envers du décor. » Odile pour le festival Mauves en Noir

 

Un été grec 

« Un bel exercice de barres parallèles, maîtrisé, instructif, qui rappelle entre autres qu'à l'heure où la France et d'autres pays jouaient à la révolution, une autre jeunesse subissait, à deux pas, dans l'indifférence, une féroce dictature. Sans oublier que les Grecs, à travers les âges, ont toujours été de farouches résistants. » Patrick Galmel, Pol'Art Noir

 

« On est pris par le décor et la trame de ce roman noir qui plonge au cœur d’une histoire pas encore refroidie.  » R.M. pour L’Humanité, juin 2009

 

Bibliographie :

 

Nos meilleurs vieux. L'écailler du Sud, 2005

Ange le revenant. L'écailler du Sud, 2007

Deus ex Massilia. Jigal, 2008

Un été grec. Jigal, 2009

Requiem pour le juge. Jigal, 2010

 

 

 

 

 

Publié dans Archives Salon 2010

Commenter cet article

Richard 29/06/2010 20:45


Tiens, un auteur que je ne connaissais pas.
Merci pour cette découverte.
Amitiés