Emmanuelle Urien

Publié le par tps

Emmanuelle Urien est l’une des auteurs régionaux invités au Salon de Toulouse Polars du sud.

Née à Angers, après des études universitaires poussées et disparates (lettres, langues, gestion internationale), elle a en effet quitté Paris et un poste de « chef de projet télécom » pour Toulouse et l’écriture.


De 2003 à 2006, ses nouvelles cruelles à chute « noire » hantent, via les concours littéraires, revues et anthologies. Certaines ont servi de fictions radiophoniques (
Les Petits Polars, les Petites histoires) pour Radio-France.

Elle publie son premier recueil en 2005, Court, noir, sans sucre, (L’être minuscule,  2005, réédition prévue chez Quadrature en 2010)  qui obtiendra le prix de la nouvelle du Scribe 2006. Toute humanité mise à part, (Quadrature) suivra en 2006 et se verra décerner le Prix de la ville de Balma en 2007. Dans la foulée, son troisième recueil sera accepté chez Gallimard : La Collecte des monstres (2007). Jazz me down paraîtra en recueil collectif chez In8, en 2008.

Auteur d’un roman Tu devrais voir quelqu’un (Gallimard, 2009), récit intimiste à coloration fantastique,  Emmanuelle Urien a aussi écrit pour le théâtre. Désolés pour le chien, co-écrite avec Manu Causse, a été joué à Toulouse en 2009.  Elle peint, chante et compose, participe à des jurys de concours (Prix Ozoir’Elles, Prix Prométhée) et gagne sa vie comme traductrice, correctrice, et animatrice d’ateliers d’écriture.

 

Emmanuelle Urien a accepté de répondre à notre questionnaire

·        Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?

Les œuvres complètes d’Haruki Murakami, et j’affirme que c’est du polar.


·
       
Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marqué ?

Adamsberg, mais j’attends mieux, parce que Gilles Bayonne réapparaît…


·
       
Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

Le pays des merveilles d’Alice.


·
       
Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)

Si je le savais, je serais déjà en train de l’écrire…

 


Bibliographie


Court, noir, sans sucre
, nouvelles

(L’être minuscule, 2005 – Prix de la nouvelle du Scribe 2006)


Toute humanité mise à part
, nouvelles

(Quadrature, 2006 — Prix de la ville de Balma 2007)


La collecte des monstres
, nouvelles

(Gallimard – Coup de cœur du Point 2007)


Jazz me down
, nouvelle (In8, 2008)


Tu devrais voir quelqu’un
, roman (Gallimard, 2009)


À paraître
 : Court, noir, sans sucre, nouvelles

(réédition – Quadrature, février 2010)



Revue de presse

« La collecte des monstres est un livre étonnant. Au sens fort. Dix-huit nouvelles où passe - très vite - l'horreur du monde. La vie si calme en apparence, et puis la mort, « la seule valeur sûre », celle avec laquelle chacun de nous a ses chances, comme le dit l'un des personnages

Marie-Françoise Leclère – Le Point

 

Tu devrais voir quelqu’un 

« L'histoire de ce presque huis clos est originale, l'intrigue est magistralement menée, la construction irréprochable, l'humour grinçant et la fin totalement inattendue. La noirceur du propos est adoucie par une écriture serrée, précise, efficace, inventive.. »

Dominique Baillon-Lalande – Encres vagabondes

 

Quelques liens :

 www.emmanuelle-urien.org

http://www.bibliosurf.com/Interview-d-Emmanuelle-Urien

http://nuit-blanche.over-blog.com/article-31316052.html



 

Publié dans Archives Salon 2009

Commenter cet article

M agali 23/09/2009 14:12


En savoir plus sur Gilles Bayonne?
C'est facile, c'est là: http://toulouse.polars.du.sud.over-blog.com/article-36309063-6.html


Guylou 17/09/2009 18:01

Jolie photo, sympathique bio et très intéressante "interview" qui m'a fait courir à la recherche de ce Gilles Bayonne qui égalerait Adamsberg ! Et je suis plongée dans "Un chien du diable" qui effectivement est un livre superbe. Merci de m'avoir conduite à lui...