Maurice Zytnicki

Publié le par tps

 Maurice Zytnicki est l’un des auteurs régionaux invités au Salon Toulouse Polars du Sud (9, 10, 11 octobre 2009).

 

Né à Paris en 1952 (dans un Belleville industrieux aujourd’hui disparu), Maurice vit en effet à Toulouse depuis 20 ans après avoir étudié puis enseigné au Havre les mathématiques qu’il croise avec la poésie (revue Conséquences,  Douze propositions  accablantes, L’épreuve du contraire).

Après sept ans de professorat en zone d’éducation prioritaire, il entreprend des études d’ingénieur, et commence sa nouvelle carrière en détripaillant des distributeurs de billets. Puis il cède à l’appel des grands larges télécoms et aux sirènes de la prétendue disparition des distances…

Aujourd’hui il conjugue le métier d’ingénieur avec un goût pour la peinture qui s’exprime par la publication d’articles dans des revues d’art. De son intense pratique du port (Le Havre), puis des aéroports (Blagnac, CDG) et des correspondances vers Copenhague, Francfort, Prague, Milan il a gardé la fascination pour les salles d’embarquement, où fut conçu son premier roman, Le piège du Sang-de-Serp  publié chez Loubatières en septembre 2008.

Un second polar, Rock Letal est à paraître chez le même éditeur début 2010.

 

Maurice a bien voulu répondre à notre questionnaire.

 

·    Le dernier polar que vous avez lu et adoré ? :

La colline aux suicidés, de James Ellroy.

 

·    Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marqué ?

Les horribles : Popeye (Sanctuaire), Hercule Poirot.

Les redresseurs de torts : Edmond Dantès

Les quidams pris dans la tourmente : Adam Cassidy dans Paranoïa de Finder,  Henry Pierce dans  Chasing the dime de Connelly

 

·    Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

Ce lieu surgit à la dernière minute, juste avant la description. Par hasard et par exemple, un banc coincé entre une rue en pente montant vers un château et un bistrot qui affiche le menu du midi. C’est toujours la même tête de veau sauce gribiche servie à l’assiette. On n’y vient qu’à pied bien sûr et la côte monte très sec.

 

·    Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)

La disparition des traces, totale et nécessaire : par exemple, l’arme du crime est un gigot congelé dévoré ensuite par un lévrier russe (plus connu sous le nom de barzoï). Le forfait entre alors dans la postérité des grandes affaires non résolues  (les célèbres cold cases).

 

 

Bibliographie :

 

« Le piège du Sang-de-Serp » publié chez Loubatières en septembre 2008

« Rock létal » à paraître chez Loubatières début 2010

 

 

Liens :

Claude Le Nocher

http://www.rayonpolar.com/Polars/Polars_texte.php?table=z&nom=ZYTNICKI&prenom=Maurice&titre=Le+pi%E8ge+du+sang-de-serp

 

La Dépêche :

http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/17/493595-Ramonville-Saint-Agne-Un-polar-noir-dans-la-Ville-rose-presente-a-la-mediatheque.html

 

 

Publié dans Archives Salon 2009

Commenter cet article

michou63 11/04/2012 12:41

Voilà un auteur qui ne manque pas d'humour ! Je ne saurais décrire le brio avec lequel MZ mène ses intrigues. Suspens à son paroxysme, psychologie fine. Voilà des polars passionnants, passionnés et
réussis ! Encore.