Sébastien Rutés

Publié le par tps

Sébastien Rutés est l’un des invités du salon de Toulouse Polars du Sud (9, 10, 11 octobre 2009). Il animera la table ronde sur « Le Roman Noir Espagnol » le samedi 10 octobre à 16h30.

Maître de conférence en littérature latino-américaine, il a publié des nombreuses études sur le roman policier latino-américain. Il est aussi l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’œuvre du romancier mexicain Paco Ignacio Taibo II (à paraître).

De 2004 à 2008 il a dirigé la revue espagnole Gangsterera, consacrée au genre. Egalement auteur de fiction, il a publié plusieurs nouvelles et deux romans, aux éditions L’Atinoir : Le linceul du vieux monde (2008) et La loi de l’Ouest (2009). Actuellement, il coordonne le site Diez negritos, blog collectif de dix auteurs de romans noirs latino-américains et européens (http://dieznegritos.latinoir.com/).

 

Sébastien Rutés a accepté de répondre, et de manière approfondie, nous l’en remercions, à notre questionnaire.

 

·    Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?

Je lis peu de polars, finalement. La plupart, pour des raisons professionnelles, sont en espagnol. Quand j’en lis en français, rarement, j’essaie de combler mes lacunes. Récemment, j’ai lu Les exagérées, de Vilar. Un très grand roman, le croisement des approches de l’anecdote, les techniques de contrepoint narratif, comment raconter un massacre tout en décrivant le sommeil du chat qu’on a sur les genoux… Mais les derniers polars que j’ai « adorés » remontent à loin, deux ans sans doute, avec la lecture du merveilleux Cadáver de ciudad (Cadavre de ville) du mexicain Juan Hernández Luna, qui a remporté le prix Hammett International, et qui concentre tout ce que j’aime : de l’action, un mélange de genres, des incursions dans le fantastique et l’horreur urbaine, une histoire complexe, d’innombrables personnages, une construction narrative baroque, une imagination sans limite et une écriture introspective, très poétique…

 

·    Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont)  le plus marqué ?

Je ne suis pas féru de héros récurrents (je m’aperçois que je ne suis peut-être pas un bon client pour ce questionnaire). Je les trouve répétitifs. Ils m’ennuient avec leurs évolutions factices. Désabusés ils sont et ils deviennent, au fil des tomes, toujours plus désabusés. Je n’arrive à croire qu’à ceux qui changent, se contredisent, évoluent, souvent, d’ailleurs, vers la décadence et la mort. Comme un Belascoarán Shayne, par exemple, qui devient borgne, boiteux, meurt et renaît. Pour le reste, si je devais donner un seul nom de héros de polar qui m’ait marqué, ce serait peut-être Sylvia, du roman d’Howard Fast.

 

·    Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

Y a-t-il encore des lieux vierges du point de vue du polar ? Pourtant le polar, c’est pire que la grippe porcine ! Une vraie pandémie ! J’imagine que les Patagons et les Ouzbeks aussi doivent avoir leurs détectives…

 

·    Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)

J’attends (de lire ou d’écrire, en toute modestie) le Madame Bovary du polar : un roman sur rien. Pour moi, les plus grands crimes aujourd’hui ne sont pas sanglants. Ils ne sont pas perpétrés par des tueurs en série. Ce sont des crimes silencieux, qui ont à voir avec l’ennui quotidien, l’absence d’enjeu de l’existence et d’engagement, la manipulation politique, le conformisme, la résignation, l’étouffement de l’espoir. Une enquête à travers ces innombrables et insignifiantes petites morts quotidiennes, voilà ce que j’aimerais écrire…

 

 

Bibliographie :

 

-La loi de l’Ouest (roman), L’Atinoir, Marseille, 2009, 141 pp.

-Le linceul du vieux monde (roman), L’Atinoir, Marseille, 2008, 173 pp.

Champ d’asile » (nouvelle), in Revue Fora !, Paris, n°3, été-automne 2008, pp.131-132

-« No te calientes » (nouvelle), in Balón de letras, Mexico, juin 2006, pp.53-59

-« En lo más profundo » (nouvelle), in Gangsterera, Gijón, n°4, mars 2006, pp.89-91

 

Liens : http://dieznegritos.latinoir.com/

 

 

Quelques revues de presse:

 

A propos de Le linceul du vieux monde :

http://www.oscholars.com/RBA/fourteen/14.8/Bulletin_14.08_The_Critic.htm

http://www.oscholars.com/TO/Forty-six/Critic/critic.htm#Rut%C3%A9s

http://www.latinoir.com/presse/linceul/7.JPG

http://www.gavroche.info/index.php/livres/158-le-linceul-du-vieux-monde

 

A propos de La loi de l’Ouest

http://actu-du-noir.over-blog.com/article-30024735.html

http://www.latinoir.com/presse/loi/19-avril.jpg

http://www.radiopfm.com/spip.php?article1864

 

 

Publié dans Archives Salon 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article