Raúl Argemí

Publié le par tps

Raúl Argemí est l'un des deux écrivains argentins mais espagnols d'adoption, invités du Salon d'octobre 2009.
Né à La Plata (Argentine), dans le quartier « El Mondongo », il est supporter du club de foot « Gimnasia y esgrima de La Plata » et ses racines sont de type Pata Negra : un grand-père catalan, un navarrais, une grand-mère valencienne, et une basque.

Acteur, dramaturge et directeur de théâtre, il entre dans la lutte armée clandestine en 1969. Emprisonné en 1974, il passe une dizaine d’années dans les geôles de la dictature militaire. Libéré, il reste quinze ans dans une petite ville de Patagonie argentine, où il travaille comme journaliste dans la presse écrite, pour la radio et pour la télévision. Il collabore notamment avec Le Monde Diplomatique.

En Patagonie, il plante des arbres, devient père d'une petite fille (l’aînée, puisqu’il a aujourd’hui une petite Espagnole de quatre mois) et publie son premier roman en 1997, Le Gros, le Français et la Souris, qui lui vaut d’être renvoyé de son poste. Il décide deux ans plus tard de quitter l’Argentine pour s’installer en Espagne. Il vit actuellement à Barcelone.

Depuis qu’il est en Europe, il a publié 7 romans, qui ont reçu plusieurs prix – comme le prix Dashiell Hammett en 2005 pour Penúltimo nombre de guerra, et le prix de « L´H Confidencial » 2008. Ses ouvrages ont été traduits en français, italien et allemand.

Son dernier roman, qui mélange policier, aventure et grotesque sardonique, La última caravana, a été finaliste du prix Dashiell Hammett 2009 de la Semana Negra de Gijon.

Il participe en ce moment tous les mardis au programme « la buena tarde » de la Radio Principado de Asturias avec l’écrivain colombien Nahum Mont et le musicien chilien Américo Apiano sous la conduite de Cristina Natal.

 

Le portrait-flash de Raúl Argemí en 5 questions :


·    Le dernier polar que vous avez lu et adoré ?

              Así murió el poeta Guadalupe de Cristina Fallarás

 

·    Le (ou les) héros de polar qui vous a (ont) le plus marqué ?

              Parker, le personnage de Richard Stark alias Donald Westlake.

 

·    Un lieu mythique (ville, pays, autre époque..) pour situer un polar ?

              Buenos Aires 1905.

 

·    Le plus beau sujet de polar selon vous? (peut-être celui que vous rêvez de traiter…)

              L’assassinat de Salgari par Yañez de Gomara.

 

 

Pour retrouver Raùl Argemi en espagnol

         un site: http://www.raulargemi.blogspot.com

         un interview: http://www.ucm.es/info/especulo/numero41/argemi.html

un e-mail:  argemiraul@yahoo.es

 

Bibliographie française:

  • Le Gros, le Français, et la Souris (el Gordo, el Francés, y el Ratón Pérez, 1997), Rivages noir (2006)
  • Les morts perdent toujours leurs chaussures (Los muertos siempre pierden los zapatos, 2002), Rivages/Noir (2007)

Bibliographie non traduite:

  • Negra y Criminal (2003), co-écrit avec 11 autres auteurs
  • Penúltimo nombre de guerra (2004)
  • Patagonia Chu Chu (2005) (bientôt traduit en France)
  • Siempre la misma música (2006)
  • Retrato de familia con muerta (2008)
  • La última caravana (2009)

 

Revue de presse :

 

A propos de Les morts perdent toujours leurs chaussures :


« Tout ce qu’on peut aimer dans l’humanité, la chaleur et l’humour d’un Taibo II, d’un Padura, d’un Diaz-Eterovic, d’un Rolo Diez, cette façon de faire passer avant tout l’amitié et la fidélité à des valeurs [….sans jamais se prendre au sérieux, avec humour, mais également une justesse de ton qui ne peut pas tromper, l’homme derrière les personnages est forcément comme eux. Voilà, en prime, vous avez ici une intrigue rocambolesque, avec de vrais morceaux de burlesque, la peinture impitoyable de la corruption à l’œuvre dans les provinces argentines gangrenées par le clientélisme, le portrait de guérilleros vieillissants mais magnifiques, et celui de sinistres militaires qui n’ont pas digérés d’être mis à l’écart, et un final en forme de feu d’artifice, aussi joyeux que triste. »

Jean-Marc Laherrère pour Bibliosurf.

 

 

 

Publié dans Archives Salon 2009

Commenter cet article